Estuaire de la Seine : De la gestion économe de l’espace au zéro artificialisation nette

publié le 9 août 2021

L’AURH a publié en mars 2021 une note dressant l’état des dynamiques d’artificialisation sur le territoire de l’estuaire de la Seine et évoquant des premières pistes de leviers d’action.

L’AURH a publié une note dressant l’état des dynamiques d’artificialisation sur le territoire de l’estuaire de la Seine et évoquant des premières pistes de leviers d’action.

Vous pourrez retrouver, via une approche de lecture dynamique, la synthèse des chiffres de l’artificialisation sur le territoire de l’Estuaire de la Seine, comparée au reste de la Normandie et de la France.

Les surfaces artificialisées correspondent aux surfaces bâties ou non, dont les caractéristiques naturelles, agricoles ou forestières lui ont été retirées.

La sobriété foncière, ou objectif du zéro artificialisation nette (ZAN), est devenue un enjeu majeur pour les élus et les collaborateurs des collectivités locales concernés par les questions d’aménagement et de planification territoriale.

La notion de zéro artificialisation nette ne s’oppose pas au développement des territoires, elle impose de connaitre les dynamiques en cours et d’imaginer de nouveaux modèles d’organisation territoriale.

Dans son document, l’AURH propose quelques pistes de réussites et leviers de mise en œuvre du ZAN.

conditions de réussite du ZAN

La note complète de l’AURH est téléchargeable sous ce lien.